Blog de Ludovic Baillet

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

06mar.

Neuvième planète : c'est pas gagné

Les médias continuent de parler de l'hypothétique neuvième planète qui risque de rester dans ce statut "hypothétique" pendant de longues années voir de longues décennies.

Pendant ce temps, l'IMCCE vient de publier à ce sujet un papier intéressant : en utilisant les positions très précises de la sonde Cassini qui orbite autour de Saturne depuis un peu plus de 10 ans, les scientifiques ont cherché à contraindre la position de la neuvième planète.

Je ferais 2 remarques :

  • Aussi éloignée des 8 premières planètes, une neuvième planète de 10 masses terrestres a manifestement une influence très faible sur les orbites de Jupiter/Saturne à l'échelle de la décennie.
  • Les missions à venir vers Jupiter aideront à peine détecter une quelconque influence gravitationnelle. Une mission en orbite autour d'Uranus (Uranus Orbiter and Probe par exemple) serait probablement plus utile, mais à condition d'avoir une durée de mission ce chiffrant en décennies...

Bref, souhaitons peut-être un super Gaia permettant de cartographier tous les objets célestes en descendant à la magnitude 24.

20janv.

Neuvième planète : une absence de découverte

Les médias se sont emballés sur une soi-disant découverte d'une neuvième planète dans notre système solaire. Pourtant point de découverte. Tout au plus, de vagues indices (un petit nombre d'objets de Kuiper auraient des orbites semblables) qui seraient appuyés par une simulation numérique. Bref, rien de nouveau sous le Soleil.

En effet, de gros objets plus éloignés que Pluton ont été maintes fois proposés mais jamais trouvés. Parmi les plus connus, citons :

  • Némésis (petite étoile située à environ 1 AU du Soleil). Expliquerait les perturbations régulières du nuage de Oort
  • Perséphone (planète plus grosse que Jupiter et orbitant entre 10 000 et 50 000 AU). Expliquerait le problème de la falaise de Kuiper
  • Tyché (planète plus grosse que Jupiter et orbitant jusqu'à plus de 10 000 AU). Expliquerait les trajectoires de certaines comètes

N'oublions pas que par le passé une planète interne à l'orbite de Mercure avait été prédite pour rendre compte d'anomalies dans l'orbite de Mercure : la planète Vulcain. On sait aujourd'hui que cette planète n'existe pas et que l'explication a été trouvée grâce à Einstein.

Quant-à la nouvelle planète proposée - la planète 9 - pour expliquer les caractéristiques un peu particulières de 6 objets de Kuiper (oui, seulement 6), il est fort probable qu'elle n'existe tout simplement pas du moins d'après les caractéristiques annoncées. En effet, ses auteurs lui prédisent un aphélie jusqu'à 1500 AU (un peu moins que 40 fois la distance de Neptune du Soleil) et une masse équivalente à 10 fois la Terre (environ 2 fois moins que Neptune). Or, en supposant les conditions les plus défavorables, sa magnitude apparente serait alors au maximum 19 (contre 8 pour Neptune qui est facilement visible dans une très modeste lunette amateur de 60 mm seulement). Une magnitude de 19 correspondrait à un objet environ 50 fois moins lumineux que Pluton. Un objet de cette nature aurait pu difficilement échapper à l'ensemble des télescopes qui scrutent le ciel d'une manière automatique.

Il est vrai toutefois que la plupart des télescopes opèrent depuis l'hémisphère sud, si bien que l'équateur céleste nord est "sous-surveillé". Et par ailleurs, la plupart des recherches se concentrent dans les régions proches du zodiaque.

Le satellite Gaia devrait pouvoir invalider cette planète n°9 avec les caractéristiques annoncées puisque Gaia atteint sans problème la magnitude 20 et observe l'intégralité du ciel sans exception. Rendez-vous vers 2020 lors de la publication des travaux de Gaia.

Néanmoins, un objet moins réfléchissant, plus lointain ou plus petit pourrait échapper à Gaia. Il pourrait alors s'écouler pas mal d'années voire de décennies avant que la Planète 9 soit définitivement reléguée au rang d'hypothèse non confirmée.

Et à l'avenir, souhaitons davantage de recherche sérieuse ou de découverte scientifique. Et moins de buzz médiatique ou de simulation numérique.

22déc.

Le jour le plus court, mais de combien ?

En ce jour de solstice d'hiver 2015, (ayant lieu précisément le 22 décembre 2015 à 4h 47m 57,86s UTC), il s'agit du jour le plus court de l'année. Donc les journées des 21 décembre 2015 et 23 décembre 2015 dureront davantage de temps, mais combien ?

Durée du jour aux environ du solstice 2015, calculée par Ephemeridium

La réponse est fournie par Ephemeridium : pour Paris, la durée du jour est plus courte ce 22 décembre que le 21 décembre d'un peu plus d'une seconde et plus courte que le 23 décembre d'un peu plus de 4 secondes. Ces chiffres étant valables pour l’observatoire de Paris et en supposant une réfraction de l'atmosphère "classique".

19mar.

L'éclipse de soleil du 20 mars 2015

Ce vendredi 20 mars 2015 se produira une éclipse totale de Soleil. Elle sera peu visible des terres émergées puisque la bande de totalité semble vouloir les éviter.

Depuis la France métropolitaine, l'éclipse sera partielle (environ 80% au mieux dans le Nord-Ouest).

Voici une capture d'écran produite avec le logiciel Heclium simulant l'éclipse à 10:30 UTC :

Simulation de l'éclipse totale de Soleil du 20 mars 2015 à 10:30

Étonnamment, certains médias expliquent que cette éclipse partielle est la première visible en France métropolitaine depuis celle du 11 août 1999 : « La dernière éclipse partielle du soleil a pu être observée en France en août 1999, et la prochaine se reproduira dans les années 2020 ».

C'est faux.

L'éclipse totale de Soleil du 29 mars 2006 était partielle en France métropolitaine.

Idem, l'éclipse totale de Soleil du 1er août 2008 était partielle en France métropolitaine.

Les prochaines éclipses de Soleil visibles en France métropolitaine sont prévues le 12 août 2026 et le 2 août 2027.

07sept.

La fête de la Lune en Chine : vrai jour férié, fausse maxi pleine lune

La fête de la mi-automne ou fête de la Lune est un jour férié important en Chine (et même dans une grande partie de l'Asie). Ce jour est célébré, d'après le calendrier luni-solaire chinois le soir du 15e jour du huitième mois lunaire au 13e jour du neuvième mois. En cette année 2014, cela tombe le lundi 8 septembre dans le calendrier grégorien.

La page Wikipedia sur le sujet déclare que cette date « est toujours une nuit de pleine lune. Ce jour-là, la pleine lune est la plus ronde et la plus lumineuse de l’année ». D'autres pages sur Internet déclarent de leur côté que : « La Lune, cette nuit-là, est particulièrement brillante, plus ronde et plus belle que le reste de l'année ».

Ainsi donc, le 8 septembre 2014 serait la date de la pleine lune, et elle serait la plus brillante de l'année ? Ma réponse est non à la première question. Quant-à la deuxième question, il s'agit d'un simple hasard.

Avec le logiciel Ephemeridium, il est possible de calculer l'instant de la pleine lune de septembre 2014 avec une précision extrême. Le résultat est formel : la pleine lune aura lieu le 9 septembre 2014 à 1h38 UTC (3h38 heure locale de Paris ou 9h38 heure locale de Pékin).

Détermination de la pleine lune de septembre 2014 par le logiciel Ephemeridium

De toute façon, l'Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Éphémérides (IMCCE) fournit exactement le même résultat.

Lors de cette pleine lune, son diamètre apparent sera de 1995,44 secondes d'arc, sa magnitude -12,83 et sa fraction illuminée de 99,94%.

Or, lors de la pleine lune précédente, le 10 août 2014 à 18h09 UTC, le diamètre apparent de la Lune était de 2008,21 secondes d'arc, sa magnitude de -12,81 et sa fraction illuminée de 99,85%.

Lors de la pleine lune suivante, le 8 octobre 2014 à 10h50 UTC, le diamètre apparent de la Lune sera de 1960,07 secondes d'arc, sa magnitude de -12,82 et sa fraction illuminée de 100,00%.

Ainsi la pleine lune de septembre sera bien la plus brillante (de très peu néanmoins). Mais elle ne sera pas la plus grande (la pleine lune du mois d'août étant devant). Et elle ne sera pas la plus ronde puisque la pleine lune du mois d'octobre la bat largement.

Enfin, si la pleine lune de septembre est bien la plus brillante cette année, c'est un simple hasard. En effet, pour l'an 2013 :

Lors de la pleine lune du 19 septembre 2013 (jour de la fête de la Lune en 2013) à 11h12 UTC, le diamètre apparent de la Lune était de 1912,93 secondes d'arc, sa magnitude de -12,63 et sa fraction illuminée de 99,91%.

Or, lors de la pleine lune du 25 mai 2013 à 4h24 UTC, le diamètre apparent de la Lune était de 1995,82 secondes d'arc, sa magnitude de -12,86 et sa fraction illuminée de 99,98%. Cette pleine lune de mai 2013 était donc plus grande, plus brillante et plus ronde que celle ayant eu lieu lors de la fête de la la Lune 2013  !

Conclusion : toujours faire attention aux informations que l'on trouve sur Internet, y compris sur Wikipedia.

24nov.

La distance Terre-Soleil désormais inamovible

C'est désormais officiel : l'unité astronomique qui fournit (suivant une définition qui a évolué) la distance moyenne entre la Terre et le Soleil est désormais une constante. Après des siècles d'efforts par l'humanité pour calculer cette valeur de manière toujours plus précise, l'union astronomique internationale a décidé que 1 ua = 149 597 870 700 mètres. 

Seul regret, le symbole recommandé est au, et non ua.

À noter que compte tenu de l'augmentation de la distance Terre-Soleil d'environ 15 mètres par siècles (à cause des effets de marée et du ralentissement de la rotation solaire), dans environ 700 ans, il manquera une centaine de mètres à cette constante.

Le Soleil vu depuis la Terre

28juin

Rupture du temps le 1er juillet 2012 à 2H

Ce premier juillet 2012, la dernière seconde avant 2 heures du matin durera 2 secondes !
La faute à ces fichues secondes intercalaires que l'on impose d'ajouter pour que le temps UTC (un temps dérivé du temps atomique international TAI, dont dépendent ensuite toutes les heures locales) ne dévie pas par rapport au "temps astronomique" qu'est UT1, lui même dérivé de UT0.

Dit d'une autre manière, on cherche à rectifier les imperfections de la rotation terrestre par rapport au temps incroyablement stable des horloges atomiques qui n'arrêtent pas de gagner en précision. Sans ces rectifications de temps, ce serait midi à 14H, voire en pleine nuit, mais dans quelques millénaires.

Différentes heures dans le monde par l'horloge astronomique de Beauvais

Il faudra donc penser à remettre les horloges à l'heure en ce premier juillet. Et accessoirement, mettre à jour les logiciels de précision. De mon côté, ce sera le cas pour mon générateur d'éphémérides de haute précision, Ephemeridium et mon simulateur d'éclipses de Soleil, Heclium.

Vivement l'arrêt des secondes intercalaires au profit d'une rectification séculaire. Il est temps que le temps s'adapte ! Ce qui devrait arriver en 2015.

Déjà que l'unité astronomique (la distance moyenne Terre-Soleil) risque fort d'être figée par une nouvelle définition lors de la prochaine assemblée générale de l'Union Astronomique Internationale en août 2012. Si c'est retenu, alors :
1 UA=149 597 870 700 m précisément.

19juin

Été 2012 : 20 ou 21 juin ?

Le logiciel Ephemeridium est formel : le solstice d'été 2012 se produira le 20 juin à 23:08:48 (en temps UTC).

Logiciel Ephemeridium - Calcul de la date de l'été 2012

En heure légale française ce sera donc le 21 juin à 01:08:48.

À noter toutefois que la date de l'été (comme des autres saisons) est soumise à un certain nombre de conventions :

  • La longitude écliptique du Soleil est un multiple de pi/2. Mais à ce moment, la latitude écliptique du Soleil n'est pas forcément nulle.
  • Le temps UTC est arbitraire. Si le méridien de Paris avait été choisi en tant que méridien origine à la place du méridien de Greenwich, le temps  UTC aurait été décalé d'une dizaine de minutes.
  • L'été usuel correspond à l'été astronomique. Mais l'été météorologique commence par convention le 1er juin.

23déc.

2012, une année scientifique passionnante ?

L'année 2012 devrait être une bonne année scientifique :

  • découverte du boson de Higgs (ou assurance qu'il n'existe pas ce qui serait également très intéressant)
  • confirmation que les neutrinos ne se font flasher plus vite que la lumière (ou non, ce qui obligerait à repenser la physique)
  • poursuite de l'exploration du système solaire : Curiosity sur Mars, Dawn dans la ceinture d'astéroïdes, Cassini dans le système de Saturne, Messenger autour de Mercure, etc.
  • peut-être des découvertes majeures dans le zoo des particules (des particules supersymétriques ?), la matière noire, l'énergie sombre, etc.
  • peut-être également que nous aurons enfin une connaissance satisfaisante de la machine climatique terrestre et notamment un début de compréhension de la formation des nuages et une meilleure connaissance des cycles solaires et du rayonnement cosmique.

En revanche, il n'y aura pas de fin du monde en 2012. Déjà, le LHC avait « échoué » à créer un trou noir capable ensuite d'avaler la Terre que certains prophètes de malheur imaginaient. Heureusement, nous avons bien d'autre prophètes de malheur très créatifs, notamment dans le domaine du climat.

Enfin, parmi les événements célestes intéressants en 2012, notons le passage de Vénus devant le disque solaire le 8 juin 2012. Ceux qui n'avaient pas pu voir celui de 2004 pourront donc se rattraper. Attention à ne pas rater celui de 2012 car les suivants se produiront en 2117 et 2125. Et encore, pour l'Europe, il faudra attendre les années 2247 ou 2255.

Passage de Vénus devant le Soleil en 2004. À reproduire en 2012.

20mar.

Printemps 2011 : 20 mars ou 21 mars ?

Cette année, le printemps peut être le 20 mars ou le 21 mars suivant le repère temporel choisi. En effet, selon l'IMCCE, le printemps débute le dimanche 20 mars à 23h 20m 44,7s UTC, soit le lundi 21 mars à 0h 20m 44,7s heure légale française (UTC + 1h).

En toute rigueur, le printemps débute donc le 20 mars puisque l'UTC est le repère temporel à utiliser pour les événements astronomiques.

12mar.

Retards en ce monde

Les retards restent monnaie courante dans notre monde, comme je le disais déjà il y a maintenant 14 mois. Petit bilan :

28mai

Paradoxe de Fermi : le paramètre oublié

Le paradoxe de Fermi est un grand classique. Wikipedia le résume bien :

Le paradoxe de Fermi s'intéresse à la question de savoir pourquoi nous n'avons jusqu'à présent trouvé aucune trace de civilisations extra-terrestres alors que le Soleil est plus jeune que beaucoup d'étoiles situées dans notre galaxie. Des civilisations plus avancées auraient du apparaitre parmi ces systèmes solaires plus âgés et laisser des traces visibles depuis la Terre au moins au niveau des ondes radio. Plusieurs hypothèses ont été formulées pour expliquer ce paradoxe : caractère unique de la civilisation humaine, processus rapide d'autodestruction de toute civilisation avancée, etc...

Dans la catégorie « La vie intelligente est vouée à l'autodestruction avant d'essaimer », un paramètre oublié, est l'absence de volonté d'aller de l'avant, la stagnation, le repli des civilisations.

Il fut une époque où il y avait des découvreurs : Colomb, Magellan, Lacaille, etc. On a eu aussi l'époque des pionniers de l'aéronautique puis de l'astronautique qui a culminé avec les alunissages des vaisseaux Apollo. Mais cette progression semble maintenant s'inverser.

Nous avons déjà vécu la fin du spatial russe symbolisée par la mise à la retraite de la navette Bourane et du feu d'artifice de la destruction de la station Mir.

Nous assistons maintenant à la fin du spatial américain avec l'abandon du programme Constellation et la mise au musée des navettes spatiales. Quant-à la station spatiale ISS, elle continuera à accueillir pendant encore une dizaine d'années des cosmonautes adeptes du vélo d'appartement à seulement 300 km du plancher des vaches. Et pour l'avenir, tout est misé sur d'hypothétiques innovations à venir et sans calendrier.

Dans de telles conditions, on peut déjà parier que seule la Chine fera la route vers l'exploration du système solaire. En encore, si elle n'est pas atteinte par le même syndrome que les autres grands blocs.

En tout cas, on tient là un facteur intéressant pour expliquer le paradoxe de Fermi.

03janv.

Lune bleue : un non événement

Un nouveau type de phénomène astronomique est en train d'être popularisé : la lune bleue. Même la NASA participe à cette popularisation (cf. Blue Moon on New Year's Eve) tout en précisant que la définition est récente.

Concrètement, on parle de lune bleue lorsqu'il y a deux pleines lunes dans le même mois, la lune bleue étant la deuxième de ces pleines lunes. Il s'agit donc d'un sujet connexe aux années de 13 lunes (années de 13 pleines lunes), puisque dans une années de 13 pleines lunes il y a forcément un mois qui comporte 2 pleines lunes.

J'ai déjà précisé dans un billet la stupidité du concept des années de 13 lunes. La démonstration vaut tout autant pour les lunes bleues.

Le logiciel Ephemeridium fournit les instants des phases lunaires. La dernière pleine lune de 2009 s'est produite le 31 décembre 2009 à 19:12:44 UTC. C'était donc une lune bleue pour certains. Car en Nouvelle-Calédonie en heure locale, ce sera 06:12:44...le 1er janvier 2010. Donc en Nouvelle-Calédonie, la pleine lune du 30 janvier 2010 à 06:17:34 UTC sera une lune bleue. Mais ne sera pas une lune bleue à Paris. Pourtant, ce sera bien le mêmes pleines lunes au même instant. Tout n'est qu'affaire de convention du calendrier utilisé et du référentiel temporel utilisé.

À noter qu'il existe un concept associé aux lunes bleue : la lune noire, mais la définition est abracadabrantesque, car il existe plusieurs définitions fort différentes : l'absence de pleine lune dans un mois (possible uniquement en février), ou deuxième nouvelle lune lors d'un même mois. Ce phénomène de lune noire est autant un non événement que la lune bleue.

Lune bleue

26déc.

Collection de paradoxes sur les couleurs

  • Pourquoi la neige est blanche alors qu'elle est constituée de glace qui est elle même transparente ?
  • Pourquoi la nuit est noire alors que si l'espace est infini, chaque point du ciel est dirigé vers une étoile ?
  • Pourquoi le Soleil apparaît jaune alors qu'il envoie de la lumière blanche ?
  • Pourquoi le ciel est bleu et pas noir (comme la nuit), ou jaune (comme le Soleil), ou blanc (comme la lumière du Soleil) ?
  • Pourquoi le Soleil et la Lune sont rougeoyants à l'horizon ?
  • Pourquoi la mer apparaît bleutée alors que constituée d'eau qui est transparente ?

Côte d'opale le 22 août 2008

Toutes ces questions ont des réponses sur Internet.

28nov.

Précisions sur la « loi de Moore »

Il y a un mois, Intel annonçait indirectement quelques informations sur le prolongement de la célèbre « loi de Moore » : les 3 prochaines générations semblent acquises. On devrait donc bien voir des processeurs gravés en 16 nm accueillant entre 16 et 32 cœurs (soit a priori 32/64 cœurs logiques) dès 2015 (contre 45 nm et 4 cœurs physiques actuellement). Dans 6 ans, les processeurs resteraient fabriqués avec des technologies similaires à celles actuelles.

La rupture technologique semble inévitable pour aller encore plus loin. De nouveaux matériaux sont nécessaires. De nouveaux procédés de fabrication sont également nécessaires. La prolongation de la « loi de Moore jusqu'en 2022 » n'est pas du tout acquise.

En tout cas, la progression des performances de l'électronique à un rythme géométrique (facteur 2 tous les 2 ans en moyenne) arrive rapidement à sa fin. Dans quelques années seulement, ces gains de performance ne seront plus que des grappillages. Ce sera la fin d'une étape qui dure depuis un peu plus de 50 ans.

25oct.

L'heure GMT devrait avoir disparu

C'est presque inconcevable : le temps GMT n'existe plus depuis 1972 (il fut remplacé par le temps UTC), mais il est toujours utilisé par les médias !

Les journalistes s'en fichent. À chaque changement d'heure, c'est reparti pour du temps GMT. Exemple : « Par rapport à l'heure GMT, la différence ne sera plus que d'une heure au lieu de deux. ».

Pourtant les temps GMT et UTC sont fondamentalement différents : « GMT est basé sur la rotation terrestre et UTC sur le temps atomique international ».

Une bonne solution serait d'avoir une heure unique toute l'année (décalée de une heure et demi sur UTC par exemple). Ça permettrait d'éviter de lire un déluge d'âneries deux fois par an.

Mais il est vrai que même les fuseaux horaires dans Windows XP sont en GMT au lieu d'être en UTC, ce qui est particulièrement navrant.

26sept.

Insaisissable Junon

L'astéroïde Junon passe ces jours-ci à l'opposition, c'est-à-dire au moment lu plus propice pour l'observer. De plus, des conditions d'observation aussi favorables ne se reproduiront pas avant novembre 2018.

Ainsi, Junon est à portée de jumelles. Avec une magnitude inférieure à 8 et une hauteur supérieure à 30°, il n'y a aucune difficulté particulière. De plus, pas de Lune gênante ; seul Jupiter scintille d'un blanc perçant dans la nuit à quelques dizaines de degrés plus à l'ouest.

Mon planétarium préféré, Stellarium, me fournit une carte de champ de Junon, avec Uranus en bonus :

Résultat : aucun problème pour identifier 20, 24, 27, 29, 30, 33 Psc ainsi qu'Uranus, très brillante. Avec un peu plus de temps, les étoiles HIP118286 (m:7,10), HIP118298 (m:6,50), HIP840 (m:5,80), HIP44 (m:7,90), HIP118141 (m:8,10),  apparaissent de manière indiscutable.

Mais aucune trace de Junon dont la magnitude estimée par Stellarium est de 7,65 seulement. Comment cet astéroïde peut donc m'échapper ?

Finalement, c'est l'IMCCE qui me donne la réponse :

#############################################################
                      EPHEMERIDES DES CORPS DU SYSTEME SOLAIRE  
#############################################################
Asteroide      3 Juno
Source : integration numerique
Theorie planetaire INPOP06
Coordonnees Apparentes (equateur vrai ; equinoxe de la date)
Centre du repere : topocentre : MONTDIDIER
  0 h 10 m 20.000 s E ; 49 d 38 ' 60.000 " N ;    0.00 m
Coordonnees equatoriales (R.A, Dec.)
#############################################################
Date UTC              R.A            Dec.        Distance     V.Mag
           h m s    h  m  s        o  '  "       ua.
26/9/2009  2:4:0   23 56 45.27 -04 53 34.19   1.200328426  7.69
#############################################################

Ainsi, la position de Junon entre Stellarium et l'IMCCE diffère de plus d'une minute en ascension droite et d'environ 8 minutes d'arc en déclinaison. Je ne regardais donc pas à la bonne position, Stellarium m'a trahi.

20sept.

Automne 2009 : 22 ou 23 septembre ?

Question classique : à quelle date sera l'équinoxe d'automne ? Le logiciel Ephemeridium donne la solution : ce sera le 22 septembre 2009 à 21:18:35, mais en temps UTC.

Donc, l'équinoxe d'automne sera le 22 septembre 2009 à 23:18:35 en temps légal français. Mais en Grèce, par exemple, ce sera le 23 septembre 2009 à 00:18:35.

Donc, tout dépend du référentiel temporel utilisé.

26août

Une prolongation pour la « loi » de Moore ?

Lors d'un précédent billet au sujet de la loi de Moore, il y a maintenant 1 an, la fin de la cette loi était prévue pour 2018, un moment où la taille des transistors ne fera plus que 10 nanomètres de large.

Une information reprise par les médias donne une roadmap détaillée de la situation. Peu de nouveautés sur la situation jusqu'en 2018 (sauf qu'à partir de 2014, les transistors devraient pousser dans la 3e dimension). Ce qui est plutôt inattendu, c'est la prolongation de la loi de Moore jusqu'en 2022, année où les transistors ne devraient faire plus que 4 nm. Le nombre de cœur par processeurs serait alors d'environ 512.

Évidemment, il n'y a aucune garantie que tout ceci soit tenu. Les obstacles à surmonter sont considérables. On se souvient avoir vu des roadmap évoquant des processeurs à 10 GHz pour le début des années 2000.

22août

Les prévisions météorologiques

Les prévisions météorologiques restent un sujet difficile. Les moyens utilisés sont pourtant considérables : stations météo, radars, ballons sonde, avions, satellites, supercalculateurs, échanges de données entre les centres météo, etc.

On trouve maintenant avec facilité la météo d'un lieu 12 jours à l'avance.

Néanmoins, même quand la météo est calme, les erreurs restent courantes sur des zones de plusieurs centaines de kilomètres. Même la situation courante semble échapper aux prévisionnistes.

Ainsi, voici un extrait d'une carte de Météo France pour le 22 août 2009 après-midi :

Néanmoins, au cœur de la Picardie à 16h15 locale, la situation est très différente avec un plafond très dense de cumulus :

La vue satellite (extrait d'une photo de Sat24.com) montre que la quasi-totalité de la Picardie (et au-delà) est sous une bonne couche nuageuse :

Il serait intéressant de savoir ce qui manque pour réduire ce genre d'erreur. Des ordinateurs plus puissants, davantage de satellites ou de stations météo, des modèle météorologiques plus complets ?

- page 1 de 3