Le paradoxe de Fermi est un grand classique. Wikipedia le résume bien :

Le paradoxe de Fermi s'intéresse à la question de savoir pourquoi nous n'avons jusqu'à présent trouvé aucune trace de civilisations extra-terrestres alors que le Soleil est plus jeune que beaucoup d'étoiles situées dans notre galaxie. Des civilisations plus avancées auraient du apparaitre parmi ces systèmes solaires plus âgés et laisser des traces visibles depuis la Terre au moins au niveau des ondes radio. Plusieurs hypothèses ont été formulées pour expliquer ce paradoxe : caractère unique de la civilisation humaine, processus rapide d'autodestruction de toute civilisation avancée, etc...

Dans la catégorie « La vie intelligente est vouée à l'autodestruction avant d'essaimer », un paramètre oublié, est l'absence de volonté d'aller de l'avant, la stagnation, le repli des civilisations.

Il fut une époque où il y avait des découvreurs : Colomb, Magellan, Lacaille, etc. On a eu aussi l'époque des pionniers de l'aéronautique puis de l'astronautique qui a culminé avec les alunissages des vaisseaux Apollo. Mais cette progression semble maintenant s'inverser.

Nous avons déjà vécu la fin du spatial russe symbolisée par la mise à la retraite de la navette Bourane et du feu d'artifice de la destruction de la station Mir.

Nous assistons maintenant à la fin du spatial américain avec l'abandon du programme Constellation et la mise au musée des navettes spatiales. Quant-à la station spatiale ISS, elle continuera à accueillir pendant encore une dizaine d'années des cosmonautes adeptes du vélo d'appartement à seulement 300 km du plancher des vaches. Et pour l'avenir, tout est misé sur d'hypothétiques innovations à venir et sans calendrier.

Dans de telles conditions, on peut déjà parier que seule la Chine fera la route vers l'exploration du système solaire. En encore, si elle n'est pas atteinte par le même syndrome que les autres grands blocs.

En tout cas, on tient là un facteur intéressant pour expliquer le paradoxe de Fermi.