Les prévisions météorologiques restent un sujet difficile. Les moyens utilisés sont pourtant considérables : stations météo, radars, ballons sonde, avions, satellites, supercalculateurs, échanges de données entre les centres météo, etc.

On trouve maintenant avec facilité la météo d'un lieu 12 jours à l'avance.

Néanmoins, même quand la météo est calme, les erreurs restent courantes sur des zones de plusieurs centaines de kilomètres. Même la situation courante semble échapper aux prévisionnistes.

Ainsi, voici un extrait d'une carte de Météo France pour le 22 août 2009 après-midi :

Néanmoins, au cœur de la Picardie à 16h15 locale, la situation est très différente avec un plafond très dense de cumulus :

La vue satellite (extrait d'une photo de Sat24.com) montre que la quasi-totalité de la Picardie (et au-delà) est sous une bonne couche nuageuse :

Il serait intéressant de savoir ce qui manque pour réduire ce genre d'erreur. Des ordinateurs plus puissants, davantage de satellites ou de stations météo, des modèle météorologiques plus complets ?